Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.
10 Ao?t 2022, 08:40:59
Accueil Aide Identifiez-vous Inscrivez-vous
Nouvelles: Bienvenue sur le forum SNPTES-UNSA. Cet espace de discussions vous est spécialement dédié. Il privilégie les échanges d’ordre professionnel et syndical. Il est libre d’accès et vous permettra de nous questionner afin d’obtenir rapidement une réponse à votre demande. N'hésitez pas à le parcourir.  Pour vous tenir informé de l'actualité sur vos statuts, votre carrière et votre vie professionnelle consultez également notre site Internet.

FORUM SNPTES  |  Sujet de discussion  |  ITRF  |  Fil de discussion: LPPR et IGR « sujet précédent | | sujet suivant »
Pages: 1 ... 3 4 [5] 6 Bas de page Imprimer
Auteur Fil de discussion: LPPR et IGR  (Lu 14897 fois)
cevx
Confirmé
**
Hors ligne Hors ligne

Messages: 27


« Répondre #60 le: 21 D?cembre 2021, 11:20:34 »

Merci

Le fait que la revendication d'une revalorisation soit discutée ne veut pas dire que des pistes concrètes chiffrées existent.

La timidité, au fond, c'est de constater qu'après un an, le chantier de revalorisation n'a visiblement pas débuté à la DG fonction publique, et que les OS n'ont pas décidé de pubblier leurs propres pistes de réformes.

Peut être me trompé-je, et je serais heureux de faire amende honorable, mais je n'ai pas vu de maquette de nouveaux déroulés indiciaires des carrières IGR. Au mieux, on discute autour des indices sommitaux (discussion certes importante).

Dit autrement, une timidité à exposer des projets concrets de revalorisation a sans doute renforcé la paresse de l'administration (fusionner 2 grades et remettre de la fluidité entre les nouveaux grades ne représente pas une complexité justifiant le délai d'attente).

Aujourd'hui, et contrairement aux annonces du gouvernement, des jeunes scientifiques recrutés/ées IGR ne percoivent pas le fameux montant de 2 SMICs. Il ne tient qu'à vous de le faire savoir, pourvu qu'on évite les guerres d'étiquette entre qui est chercheur et qui ne l'est pas (sur ce point, il faut se reporter à Vie et Destin de Vassili Grossmann, avec une description sans concession sur la capacité des collectifs académiques à se scinder en groupes distincts).
Journalisée
Xav_D
Militant SNPTES
Confirmé
***
Hors ligne Hors ligne

Messages: 4010


« Répondre #61 le: 21 D?cembre 2021, 13:21:28 »

Bonjour,

Si un début a 2 SMIC pour les IGR-IR est une revendication raisonnable puisqu'elle serait le pendant de ce qui a été annoncé par le ministère pour les MCF-CR (et encore il faut voir les modalités retenues par le ministère), ce dernier n'a jamais eu pour projet d'étendre cette mesure aux corps d'ingénieurs de recherche.

C'est une revendication du SNPTES-Unsa, mais rien ne dit actuellement qu'elle sera satisfaite, ni qu'elle ne le sera pas d'ailleurs.
« Dernière édition: 21 D?cembre 2021, 13:27:16 par Xav_D » Journalisée

cevx
Confirmé
**
Hors ligne Hors ligne

Messages: 27


« Répondre #62 le: 21 D?cembre 2021, 19:52:37 »

Merci,

Je trouve cette position étrange: alors que la LPR a judtement permis aux CR et MCs un rattrapage indiciaire par le haut, en faisant référence au corps des IGR, vous refusez la possibilité aux IGRs de bénéficier d un rattrapage par le bas grace aux avancées pour les débuts de carrière des CR et MCs?

J ajoute que ces corps disposent de la meme condition de diplome, à commencer par le.doctorat que tous les gouvernements promeuvent depuis 2017, notamment dans la fonction publique.

C est une condition objective qui ne souffre pas l extreme subjectivité des opinions sur les différentes BAP. Subjectivités qui ne peuvent de toute façon pas porter atteinte au principe d égalité.

Je crois que la créativité n est pas interdite dans les négociations.

En vérité, l absence de calendrier, l emploi sempiternel du conditionnel sont très décevantes.

En 2022, le risque est de devoir tout reprendre depuis.le.début avec le nouveau gouvernement.
Journalisée
bdussoubs
Militant SNPTES
Confirmé
***
Hors ligne Hors ligne

Messages: 147



WWW
« Répondre #63 le: 22 D?cembre 2021, 10:07:34 »

Bonjour,

Encore une fois, dire que les IGR/IR ont des métiers spécifiques par rapport aux enseignants-chercheurs et chercheurs n'est pas opposer les corps, mais reconnaître que leur existence a sa logique. D'aucuns voudraient justement supprimer le CNRS pour intégrer les chercheurs à l'université, leur faire faire de l'enseignement et hop, le tour est joué parce que ce qu'ils font c'est un peu pareil...
Le SNPTES a obtenu comme cela a été dit des avancées côté sommital. On peut trouver cela insuffisant, le SNPTES aussi, donc là il s'agit de se battre et de convaincre, ce que notre syndicat sait faire.
Côté entrée dans le corps, il y a un petit souci : même si aujourd'hui, une majorité (je ne saurais donner le chiffre d'ailleurs, si qq'un l'a ?) d'IR/IGR sont recrutés avec un diplôme de doctorat, légalement parlant celui-ci n'est pas nécessaire : on peut être recruté à Bac+5 avec un diplôme d'ingénieur de grandes écoles (pas toutes donc). Je connais quelques collègues qui sont d'ailleurs dans ce cas. Donc quand le Ministère dit "pas moins de 2 SMIC en entrée de carrière pour les fonctions nécessitant un doctorat", les IR/IGR ne sont techniquement pas concernés...
S'ajoute un second problème spécifique au BIATSS : le fait que les fonctions en contractuel fonction publique soient retenues grosso modo pour moitié dans une reconstitution de carrière, quand celle des chercheurs/enseignants chercheurs l'est avec coefficient 1. C'est facile de dire qu'on recrute à 2 SMIC quand de fait, vu l'âge moyen de recrutement des candidats et ce qui leur est demandé avant, thèse+post-docs leur donnent déjà 5, 6.. 10 ans reconnus, donc un démarrage de carrière en milieu de la grille de classe normale !

Amicalement
bd
Journalisée
cevx
Confirmé
**
Hors ligne Hors ligne

Messages: 27


« Répondre #64 le: 22 D?cembre 2021, 11:12:01 »

Merci

Pour un juriste, votre réponse est glaçante, car elle montre bien la difficulté à protéger et promouvoir le principe d'égalité, au delà des représentations personnelles et collectives.

Vous me dites que les IR ont des métiers spécifiques par rapport aux MC et CR: cela est vrai. J'observe du reste que les CR et les MC également ont des métiers différents, et pourtant le gouvernement et le Parlement ont accepté de les traiter ensemble.

Vous me dites que tous les IR n'ont pas de doctorat. En droit cela est sans importance dès lors que les textes statutaires mentionnent le doctorat comme seuil de principe.
https://www.legifrance.gouv.fr/loda/id/JORFTEXT000000337269/

Il n'y a pas lieu, en droit, d'opposer les IGRs en fonction de leur niveau de diplome. Le corps est unique, ses membres sont égaux.

Enfin, vous êtes davantage attaché aux négociations sur la fin de carrière, plutot qu'au début de carrière. Les jeunes professionnels apprécieront.

On comprend entre les lignes que votre combativité est limitée par votre préférence pour discriminer les membres du corps entre eux.

Avec ce type d'approche, pas étonnant que vous n'ayez rien obtenu du gouvernement: il a beau jeu de s'appuyer sur votre vision qui exclut au lieu de rassembler.

Tout cela est très décevant.

Journalisée
toreascience
Confirmé
**
Hors ligne Hors ligne

Messages: 65


« Répondre #65 le: 23 D?cembre 2021, 08:50:58 »

mais pas pour les autres BAP (un IGR bap E ou G n'a rien d'un chercheur à mon point de vue).
Bonsoir,
@toreascience,
Je peux vous affirmer qu il existe des IGR en bap E ITRF qui ont "le profil chercheur" et qui gèrent de grands équipements de recherche reconnus internationalement.  Clin d'oeil
C est dire que ce corps est méconnu même par ses membres ...
Bonnes fêtes,
CC

Autant pour moi, les IGR Bap E de mon établissement sont globalement affiliés à la DSI, mais certains sont en effet liés à des structures de recherche. J'ai un peu généralisé, mea culpa.
En ce qui concerne les BAP F à J, j'avoue ne pas en connaître faisant réellement de la recherche (je peux me tromper).
Je voulais plutôt étendre la discussion à l'uniformisation des BAP dans le corps, loin de moi l'idée de vouloir mettre en concurrence ou minimiser le travail de mes collègues dans l'administratif, mais je trouve qu'une uniformisation des règles est très compliquée à mettre en place.

Et des différences se font déjà sentir, ne serait-ce que dans les promotions... les BAP dites "scientifiques" sont largement laissées pour compte, et cela est à mon avis principalement dû à une méconnaissance des missions du quotidien de ces "chercheurs" par les RH (alors qu'ils ont une bien meilleure vision des BAP plus administratives). Si le même régime est promis pour les enseignants-chercheurs avec la disparation des promos par CNU, je ne suis pas sur que ce soit une évolution vers plus de clarté. On s'écarte un peu du sujet (c'est plus l'esprit de la LRU qui tend à tout phagocyter, tout demeurant au bon pouvoir des RH et DGS), mais pour moi il y a une vraie complication au grade IGR d'avoir cette dispersion au sein des BAP, moins problématiques pour des EC, CR, etc. dont les critères d'évaluation peuvent être plus facilement normalisés.

Bonnes fêtes à vous aussi.
Journalisée
cevx
Confirmé
**
Hors ligne Hors ligne

Messages: 27


« Répondre #66 le: 27 D?cembre 2021, 09:10:50 »

Terrible de constater le manque de culture professionnelle de certains.

Non contents de pouvoir rabaisser des collègues Bap E en des agents de la DSI ne sont pas fichus de piger que limiter la Bap J à de "l administratif" montre leur ignorance de la conception politique publique de recherche et d innovation.

Car ne pas faire de science dans un labo ne signifie pas ne pas avoir des activités innovantes...voire de contribuer aux.politiques de recherche.

2021 est passé sans amèlioration pour les membres du corps dont certains semblent privilégier l.esprit de.la.guerre du feu à celui de l  action collective.

Quelle tristesse d appartenir à un corps en déclin.
Journalisée
Michel G.
Confirmé
**
Hors ligne Hors ligne

Messages: 52


« Répondre #67 le: 28 D?cembre 2021, 13:41:15 »

Bonjour

Nos collègues IGR BAP E simples "agents des DSI" doivent être contents de lire ces échanges. On comprend parfois bien sur ce forum à quel genre de jury bien péremptoire on doit d'avoir si peu de candidats présents et de reçus aux examens pro HC, promotions qui sont reportés sur les dossiers d'avancement de bien meilleur niveau visiblement ;-)

Un IGR est un IGR, tous ont dû faire des efforts, voire des sacrifices, pour le devenir. Je ne vois pas l'intérêt de comparer ou d'opposer les profils et les fonctions, tous ont le droit d'avoir une rémunération correspondant à leurs efforts. Je ne doute pas que nos représentants  font de leur mieux et oeuvrent en ce sens, qu'ils en soient à nouveau remerciés.

Bonne journée et bonne fin d'année

Michel
Journalisée
fabienclanche
Confirmé
**
Hors ligne Hors ligne

Messages: 20


« Répondre #68 le: 03 Janvier 2022, 11:21:51 »

Bonjour,

Les fonctions occupées par les IGR sont différentes de celles des MCF et des CR.
Cela dit étendre le corps des IGR à d'autres ministères permettrait une meilleure lisibilité et visibilité du métier.
Je pense notamment aux autres corps des Ingénieurs présents dans les autres ministères : par exemple le corps des Ingénieur et industrie des mines, les Ingénieurs et travaux publics de l'état, les Ingénieurs territoriaux, etc.
Existe-t-il des discussions au sein du ministère et dans les syndicats afin de fusionner ces corps ?

Bonne année,
Fabien
Journalisée
Alain Favennec
Administrateur
Confirmé
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 8066



WWW
« Répondre #69 le: 03 Janvier 2022, 11:55:43 »

Cela dit étendre le corps des IGR à d'autres ministères permettrait une meilleure lisibilité et visibilité du métier.
Je pense notamment aux autres corps des Ingénieurs présents dans les autres ministères : par exemple le corps des Ingénieur et industrie des mines, les Ingénieurs et travaux publics de l'état, les Ingénieurs territoriaux, etc.
Existe-t-il des discussions au sein du ministère et dans les syndicats afin de fusionner ces corps ?

Bonjour Fabien,

A notre connaissance, il n'existe pas de telles réflexions ou même de projet gouvernemental en la matière, ceci dit, les choses vont très vite si l'on songe à ce qui secoue actuellement les corps de la haute fonction publique, pour simplifier : un corps unique (celui des administrateurs de l'Etat) remplace, sous certaines conditions, 16 corps progressivement mis en extinction (préfets, diplomates inspecteurs généraux, etc.). Il s'agit d'une véritable révolution qui pourrait effectivement donner des idées à certains en qui concerne les corps d'ingénieurs de l'Etat.
Attention à ne pas fantasmer sur la grille de nos collègues ingénieurs de l'industrie et des mines ou sur celle des Ingénieurs des travaux publics de l'Etat (corps à 3 grades, échelons longs, et plafonnement à la hors-échelle A)... La différence de rémunération se fait sur l'indemnitaire (apparemment ils sont mieux servis que nous) et sur des perspectives de carrières assez favorables dans le public et... le privé...
Enfin, ne pas oublier, dans une telle vision, d'intégrer nos ingénieurs d'études ITRF-ITA Sourire

Restant ouvert au débat

 
« Dernière édition: 03 Janvier 2022, 11:58:42 par Alain Favennec » Journalisée

Alain Favennec
Secrétaire général adjoint du SNPTES-UNSA
fabienclanche
Confirmé
**
Hors ligne Hors ligne

Messages: 20


« Répondre #70 le: 03 Janvier 2022, 14:50:17 »

Je rejoins votre vision, les Ingénieurs d'études ne doivent pas être oubliés ! Le niveau de rémunération n'est pas attractif et je constate chaque année lors des concours externe en BAP C qu'il y a très peu de candidats externes (de vrais externes) ayant un profil intéressant.
Je n'ai jamais compris ce qui justifie l'existence des 2 corps d'Ingénieurs au sein de notre ministère.
Il me semble qu'un seul corps est suffisant et peut-être faut-il différencier certains emplois fonctionnels à responsabilités (Directeur, etc.)

Bonne journée

Journalisée
oc78aze
Débutant
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 16


« Répondre #71 le: 03 Janvier 2022, 18:02:10 »

Alors oui, mais non... Arrêtons de dévaloriser les IR.

Les IE devraient se comparer aux corps d'ingénieurs de catégorie A, tandis que les IR devraient se comparer aux corps d'ingénieurs de catégorie A+ (car: doctorat, corps de débouché de la catégorie A, HEB).
Les corps d'ingénieurs de catégorie A qui devraient correspondre aux IE sont bien les ingénieurs de l'industrie et des mines, les ingénieurs des travaux publics de l'état, les ingénieurs territoriaux, ect...
Les corps d'ingénieurs de catégorie A+ qui devraient correspondre aux IR sont les ingénieurs des mines, les ingénieurs des ponts et forêts, les administrateurs de l'insee, les ingénieurs en chefs territoriaux, ect...

Une réflexion semble être en cours pour les corps d'ingénieurs de catégorie A+: https://www.lalettrea.fr/action-publique_executif/2021/12/06/x-mines-ipef-iga-insee--la-mission-impossible-de-la-reforme-des-grands-corps-techniques,109709269-ge0
L'enseignement supérieur et la recherche brille encore par son absence, ce serait peut être le moment opportun pour le snptes et les autres syndicats de rentrer dans les discussions ?
Journalisée
fabienclanche
Confirmé
**
Hors ligne Hors ligne

Messages: 20


« Répondre #72 le: 04 Janvier 2022, 08:37:41 »

Je n’ai pas connaissance de tous ces corps techniques. Je viens de lire la définition qui en est faite sur Wikipedia : https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Grand_corps_de_l%27%C3%89tat
Le corps des IGR n’est pas considéré comme un grand corps technique contrairement aux autres corps dont vous citez. Leurs grilles indiciaires ne sont pas du tout équivalentes à celle des IGR.
Le corps des IGE est tout même une spécificité de notre ministère, recrutement à bac+3 et une rémunération finalement en adéquation avec ce minimum requis. C’est peut-être la dénomination qu’il faut modifier…
Bonne journée
Journalisée
oc78aze
Débutant
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 16


« Répondre #73 le: 04 Janvier 2022, 09:50:26 »

Bonjour,

Le corps des IGE n'est pas une spécificité de notre ministère, c'est un corps de catégorie A-type, recrutant à BAC+3, équivalent aux attachés d'administration. La seule spécificité vient du fait qu'il n'a pas été revalorisé comme les autres corps de A-type au cours des 20 dernières années.

Il en est de même pour le corps des IR. C'est un corps de catégorie A+, recrutant au niveau BAC+8, équivalent aux administrateurs civils et autres corps de catégorie A+:
https://www.emploi-collectivites.fr/detachement-integration-regles-fpt-blog-territorial. Le corps des IR rempli en effet les deux conditions cumulatives pour prétendre au détachement dans les corps de catégorie A+, il rempli aussi les conditions de la A+ fixées par la DGFIP (déjà discuté dans un autre canal sur ce forum...). Je précise en gras pour que ce soit clair pour tout le monde: "Les statuts particuliers des corps ou des cadres d'emploi ne sont pas tous mis à jour vis-à-vis de cette nouvelle règlementation, ainsi certaines restrictions comme l'obligation de détenir un indice brut sommital n'est plus opposable à une demande d'équivalence".
La seule spécificité ici aussi vient du fait que le corps des IR n'a pas été revalorisé comme les autres corps de A+ au cours des 20/40 dernières années.

Bref, comparons les IR aux corps de catégorie A+ et non aux corps de catégorie A. Battons nous pour revaloriser notre grille au niveau des autres corps de catégorie A+ et obtenir le même niveau de prime. Et si tout le monde s'est résigné et ne se considère pas/plus comme A+, alors comme le propose cevx, l'extinction du corps des IR ne serait après tout pas une si mauvaise décision.

Enfin, Wikipédia c'est parfois bien, mais quand on veut défendre nos droits les textes de lois c'est mieux. Dans les textes la notion de grands corps techniques ou de grands corps administratifs n'existe tout simplement pas. En revanche, la notion d'encadrement supérieur de l'état a été introduite en 2021 par la réforme de la haute fonction publique : https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000043590607
L'alinéa 2 de l'article 1 a explicitement été prévu pour permettre la reconnaissance de certains corps qui ne remplisse pas les critères de l'alinéa 1 comme des corps d'encadrement supérieur.
Je cite l'alinéa ici aussi pour que ce soit clair pour tout le monde: "Les agents dont la nature des missions et le niveau de responsabilité, de recrutement, d'expertise ou d'autonomie leur permettent de prétendre aux emplois mentionnés au deuxième et au quatrième alinéa du présent article".
Les IR (Bac+8, HeB donc accès aux emplois mentionnés) remplissent bien cette condition. De même que les MC et les CR au passage.
Un décret en conseil d'état doit encore fixer la liste définitive des corps correspondant à ce deuxième alinéa, je ne doute pas que le snptes et les autres syndicats veillent au grain sur ce sujet pour s'assurer que les corps de l’enseignement supérieur et de la recherche soient bien représentés parmi les corps de l'encadrement supérieur de l'état.
Journalisée
toreascience
Confirmé
**
Hors ligne Hors ligne

Messages: 65


« Répondre #74 le: 05 Janvier 2022, 11:25:54 »

Terrible de constater le manque de culture professionnelle de certains.

Non contents de pouvoir rabaisser des collègues Bap E en des agents de la DSI ne sont pas fichus de piger que limiter la Bap J à de "l administratif" montre leur ignorance de la conception politique publique de recherche et d innovation.

Car ne pas faire de science dans un labo ne signifie pas ne pas avoir des activités innovantes...voire de contribuer aux.politiques de recherche.

2021 est passé sans amèlioration pour les membres du corps dont certains semblent privilégier l.esprit de.la.guerre du feu à celui de l  action collective.

Quelle tristesse d appartenir à un corps en déclin.

Quel tristesse de lire aussi un tel mépris et une déformation de mes propos qui ne visent pas du tout à opposer les BAP entre elles. Mais nier la diversité des missions qui empêche une uniformisation "simple" ne change pas le fait que ces missions sont au quotidien très différentes. Le fait de demander une évolution globale du corps au niveau salarial est une évidence, que je défends pour chaque BAP.
Ce que je peux dire par contre (en réponse à ce que vous sous entendez et aux propos de Michel G. suivant les vôtres), c'est qu'avoir une activité scientifique soutenue et des publications à tour de bras n'est en aucun cas un atout primordial pour les promotions et autres jurys d'expertise... les BAP scientifiques sont plutôt malmenées dans les établissements que je connais (dans les jurys où je participe) que l'inverse, ne mélangeons pas les rôles.

Mais ce n'est encore une fois pas le sujet. Je trouve en effet le corps IGR trop dispersé, mais s'il doit demeurer de cette façon, il est évident qu'un alignement salarial sur les grilles CR/MCF et une revalorisation claire par rapport aux IGE est nécessaire, et urgemment.
Journalisée
Pages: 1 ... 3 4 [5] 6 Haut de page Imprimer 
FORUM SNPTES  |  Sujet de discussion  |  ITRF  |  Fil de discussion: LPPR et IGR « sujet précédent | | sujet suivant »
Aller à:  


Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
© SNPTES-UNSA — 18, rue Chevreul - 94600 CHOISY LE ROI

Powered by SMF 1.1.21 | SMF © 2015, Simple Machines
SMFAds for Free Forums