Bienvenue sur le forum SNPTES-UNSA. Cet espace de discussions vous est spécialement dédié. Il privilégie les échanges d'ordre professionnel et syndical. Il est libre d'accès et vous permettra de nous questionner afin d'obtenir rapidement une réponse à votre demande. N'hésitez pas à le parcourir.  Pour vous tenir informé de l'actualité sur votre statut, votre carrière et votre vie professionnelle consultez également notre site Internet / Élections professionnelles 2022 - Professions de foi, listes des candidats, vidéos comment voter, ...

Gain passage IGR par LA ?

Démarré par jb-univ, 11 Février 2017, 00:50:03

« précédent - suivant »

jb-univ

Bonjour,

J'ai 40 ans, IGE 2C 6ème échelon, université.

Au vu du nombre d'années de carrière qui me restent, et au vu des grilles des corps IGE et IGR et des reclassements, je me pose la question sur le gain éventuel lié à un passage IGR par L.A. Dans mon cas, n'est il pas plus judicieux de chercher à atteindre la HC des IGE plutôt que de passer IGR ?

En effet, il me semble que si ce passage n'intervient pas dans mes 7-8 prochaines années de carrière, ce n'est plus intéressant. Je pourrais même terminer à un indice inférieur que celui que je pourrais atteindre en restant dans le corps des IGE.

Qu'en pensez-vous ?

Merci

Alain Favennec

#1
Bonjour,

Il vous reste 25 années de carrière et il est difficile de deviner ce que seront devenus les perspectives de carrières et les grilles indiciaires des corps d'ingénieurs d'études et d'ingénieurs de recherche autour des années 2040... Je vais cependant essayer de vous apporter quelques éléments permettant de construire son choix de carrière.
Il est clair, lorsque l'on examine les grilles actuelles mais aussi les projets de grilles de ces deux corps, que l'on s'interroge sur l'intérêt, pour un ingénieur d'études "âgé" (ce qui n'est pas votre cas) d'être affecté, par concours ou liste d'aptitude, dans le corps des ingénieurs de recherche. Le gain indiciaire est minime et, surtout, s'il ne passe pas un  jour dans la première classe d'ingénieurs de recherche il pourrait même, en l'état, être perdant si on compare au déroulé de carrière d'un ingénieur d'études arrivé au dernier échelon de la hors classe de son corps... C'est idiot mais c'est ainsi. Il convient cependant de préciser qu'un ingénieur de recherche a, théoriquement, des primes plus élevées.
Par ailleurs, un ingénieur de recherche peut espérer, sous certaines conditions, passer un jours à la hors classe et accéder ainsi, après un certain nombre d'années, à la hors échelle A et le projet PPCR permettrait, de manière contingentée, à certains d'accéder à la hors échelle B. Cette perspective différencie fortement les indices sommitaux des deux corps.
De plus, le fait d'appartenir au corps des ingénieurs de recherche permet, plus facilement, d'accéder à certains emplois fonctionnels et à certains postes à responsabilités.
Enfin, dans le la cadre d'une mobilité, l'appartenance à l'un ou l'autre corps à son importance.


Bonne journée

Alain Favennec
Secrétaire général adjoint du SNPTES-UNSA